LE PIED DIABETIQUE

LA NEUROPATHIE

 

QUELQUES CHIFFRES 1

Coût humain et socio-économique des amputations.

Le risque d’amputation chez les diabétiques est au minimun
20 x plus important que dans la population normale.

Dans les 5 ans 50 % des amputés subiront une amputation du membre contralatéral.

 

QUELQUES CHIFFRES 2
 
3 à 10 % des patients diabétiques souffriront d’un
problème de pieds.

Et encore, 70 % de ces amputations auront lieu chez
des patients souffrant d’un ulcère lié à un traumatisme (portde chaussures inadéquates, corps étrangers, mycose cutanée ou unguéale...), ulcère chronique qui s’infectera et/ou entraînera une gangrène.

Si les ulcères sont traités de manière précoce et adéquate, ils cicatriseront dans 80 à 90 % des cas.

Aux Etats-Unis, les complications du diabète touchant le
pied entraînent 20 % des hospitalisations en nombre et 60 % en durée de tous les diabétiques.

On appelle le pied diabétique le carrefour des complications. Plusieurs des complications du diabète, qui sont spécifiquement délétères pour le pied, s’y retrouvent en effet.
 
LA NEUROPATHIE 1
 
La neuropathie dont nous parlerons surtout ici est la neuropathie sensitive, périphérique et symétrique. Les modes sensibles principalement atteints seront la sensibilité au chaud, au froid, à la douleur, le sens des positions.
L’atteinte motrice touchera les muscles interosseux et autres muscles du pied participant à sa déformation.
 
 
LA NEUROPATHIE 2
 
Symptômes :- sensations “ bizarres ”, fourmillements
surtout la nuit, engourdissement, impression de marcher sur des aiguilles ou de la ouate.

Signes :- atrophie des muscles interosseux, peau sèche,
diminution de la transpiration, diminution de la pilosité, durillons aux points d’hyperpression, crevasses aux talons.
 
LA NEUROPATHIE 3
 
Détection :
L’examen du pied à l’aide de la vue et du toucher donne déjà beaucoup de renseignements : une peau sèche, des crevasses et des zones d’hyperkératose, la disparition de la pilosité, un pied chaud, des pouls bondissants etc... sont des signes de neuropathie.
La localisation des ulcères est aussi intéressante : les ulcères plantaires sont le plus souvent d’origine neuropathique, les localisations dorsales sont le plus souvent d’origine artéritique.
Les réflexes rotuliens et achilléens : la disparition des réflexes achilléens est le 2ème test le plus prédictif d’apparition d’ulcère.
Le sens vibratoire : testé à l’aide du diapason 128 Hz ou du biothésiomètre.
Si non-perception d ’un courant de 25 volts le risque d ’ulcère est majoré de 7X.
La mesure des vitesses de conduction sensible : à réserver pour des études cliniques et certainement pas en routine. La pression cutanée : le monofilament de Semmes-Weinstein (5.07 ou 10 g) : la non-perception de ce monofilament semble être le test le plus prédictif de l’apparition d’un ulcère.
 
LA NEUROPATHIE 4
 
Traitement :
Aucun traitement curatif de la neuropathie n’a fait ses preuves, je ne parlerai pas de la neuropathie douloureuse.
Mesures à prendre : - éviter l’apparition de la neuropathie et si elle est présente, éviter son aggravation par un bon contrôle du diabète.
 
Face dorsale:
Entre le 1è & le 2è méta
Face plantaire:
Gros orteil
Tête 1é méta
Tête 5é méta
L’arche
 

 


 
NEUROPATHIE 5
 
Les réflexes rotuliens et achilléens : la disparition des réflexes achilléens est le 2ème test le plus prédictif d’apparition d’ulcère. Attention à l’âge du patient! La disparition des réflexes achilléens est fréquente chez les patients âgés sans que cela soit pathologique.
 
LA NEUROPATHIE 6
 
Le sens vibratoire : testé à l’aide du diapason 128 Hz ou du biothésiomètre.
Si non-perception d ’un courant de 25 volts le risque d ’ulcère est majoré de 7X.
La mesure des vitesses de conduction sensible : à réserver pour des études cliniques et certainement pas au dépistage.
 

 

LA NEUROPATHIE 7
 
Traitement :
Aucun traitement curatif de la neuropathie n’a fait ses preuves, je ne parlerai pas de la neuropathie douloureuse.
Mesures à prendre : - éviter l’apparition de la neuropathie et
si elle est présente, éviter son aggravation par un bon contrôle du diabète.
- tenter de diminuer le risque de blessure lié à la sensibilité
réduite : conscientisation du patient, port de chaussures
adéquates etc....
 
LA NEUROPATHIE 8
 
Le plus difficile est de faire prendre conscience au
patient du risque majoré de blessures en raison de la réduction de la
sensibilité protectrice.
En effet, c’est avec délai qu’il se rendra compte qu’il est blessé, et donc il prendra plus tardivement soin de blessures qui risquent alors de s’infecter et de se compliquer.
2018  Joomla! - Site multilingue  globbersthemes joomla templates
logotype
free joomla templates